Galerie

Le tutorat : un élément clé de toute FOAD

Dans mon parcours AIGEME, je me suis inscrite au cours optionnel Problématiques du tutorat en e-Learning. Je suis très satisfaite de ce choix car il m’a permis d’étudier de plus près un système indispensable à toute FOAD, l’accompagnement à distance des étudiants par des tuteurs.

Le cours a principalement consisté à nous présenter de diverses façons (documents texte, vidéos, documentation Internet) le tutorat tel qu’il est mis en place à l’ENEAD (Sorbonne Nouvelle, Paris 3). Pour l’évaluation de cette UE, nous avons dû le comparer avec le système de tutorat d’une autre université française de préférence.

Cette comparaison m’a un peu effrayée au début du travail car je ne connaissais pas d’autres systèmes de tutorat. J’ai effectué plusieurs recherches et envoyé de nombreux courriels. Je me suis aussi renseignée auprès d’autres étudiants. Finalement, j’ai pu compter sur l’aide de Lisette Felix, responsable administrative du Centre d’Enseignement À Distance (CEAD) de l’université Blaise Pascal de Clermont-Ferrand. J’ai donc construit mon devoir en comparant ces deux systèmes de tutorat (ENEAD et CEAD). Pour davantage de détails sur ce travail, je vous renvoie directement à ma synthèse insérée à la fin de ce message.

Monter un système de tutorat dans une FOAD n’est pas une mince affaire et beaucoup de facteurs interviennent dans les divers choix à effectuer. Ces divers facteurs (économiques, structure de l’institution, etc.) font que le tutorat finalement mis en place s’éloigne plus ou moins du système de tutorat « idéal » (précisons ici qu’il n’existe pas de « tutorat » plus juste qu’un autre ; le contexte est à chaque fois décisif pour décider de l’organisation d’un tutorat). En ce qui concerne les deux institutions prises en compte, la différence entre les deux systèmes de tutorat tient certainement en grande partie aux différents budgets alloués.

J’ai surtout trouvé intéressant le fait, à travers ce travail, de m’interroger sur le tutorat tel que je le vis dans le Master AIGEME, Master à distance de l’ENEAD. Ce Master est un peu particulier dans la mesure où il bénéficie d’un tutorat un peu « à part » par rapport aux autres disciplines (tutorat pour chaque cours par exemple). Selon moi, notre tutorat présente encore des failles. Cependant, je suis à présent capable d’imaginer ce qui peut être à l’origine de ces défaillances (imprécisions entourant le statut du tuteur et sa rémunération – liée à un nombre d’heures bien défini – par exemple).

Néanmoins, je pense aussi, après ce travail rendu et mon expérience d’étudiante à distance de cette année, que pour que tout système de tutorat fonctionne et que véritablement les étudiants se sentent accompagnés à tout moment, il est nécessaire :

–          d’imposer aux tuteurs une connexion hebdomadaire minimum avec l’envoi d’un message. Il peut y avoir des moments dans l’année universitaire plus « chargés » que d’autres pendant lesquels le tuteur sera amené à intervenir davantage. Cependant, même dans les moments de calme relatif, il faudrait que le tuteur signale sa présence ;

–          de faire participer les enseignants. L’accompagnement des tuteurs ne remplace pas à mon sens celui des enseignants eux-mêmes. Je pense que les professeurs  aussi doivent se connecter une fois par semaine sur leurs cours en ligne (une fois suffirait amplement). Les tuteurs n’ont pas toujours les réponses à nos questions, etc. Beaucoup de temps semble perdu lorsque les professeurs n’interviennent jamais.

Des connexions régulières sont absolument nécessaires selon moi car cela éviterait parfois la « détresse » des étudiants qui ne trouvent aucune réponse à leur(s) question(s) ou bien obtiennent une réponse lorsqu’il est trop tard ou que cela ne fait plus sens. Je ne pense pas que cette requête ne fasse pas partie du « contrat » ou de la mission des tuteurs et des enseignants et, du moment où cela reste raisonnable, je pense que cela devrait être naturel.

J’ai trouvé que l’idée de nous donner à voir comment fonctionne la propre structure dans laquelle nous nous trouvons (l’ENEAD) était très intéressante et assez logique ! Je trouve dommage que pour d’autres matières le lien ne soit pas plus souvent établi entre des considérations théoriques et ce que nous vivons, étudiants au cœur d’un système de FOAD (par exemple, dans le cours sur les plates-formes e-Learning, aborder la plate-forme qu’utilise l’ENEAD, pourquoi ces choix, quelle organisation, etc.).

Enfin, j’aimerais beaucoup si l’occasion se présentait faire l’expérience du tutorat en tant que tutrice cette fois-ci.  Le tuteur est une figure appelée à se développer il me semble ; c’est aussi un rôle qu’il faut encore mieux définir (en termes de contrat notamment). L’expérience du tuteur m’apporterait sans aucun doute un nouvel éclairage sur le sujet !

Bonne lecture.

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s